Vacance Parlementaire: Un bilan surtout politique pour les députés

Vacance Parlementaire: Un bilan surtout politique pour les députés

Les députés de la 50e Législative sont partis en vacance ce lundi 10 septembre avec un bilan plutôt politique. Cette session marquée par une situation assez agitée a été l’occasion de tester le rôle d’avant-garde de la chambre basse et le leadership de l’actuel bureau. Les passions se sont attisées cet été et le parlement a été, à maintes reprises, dans la ligne de mire de certains intérêts et nostalgiques d’un ancien temps. Mais, d’aucuns ont compris que l’équilibre des pouvoirs représente le moteur même de la démocratie moderne et le parlemwnt a assuré.

Les députés, de par leur proximité avec la population, ont été les portes étendards des desiderata de la population et leur position quasi unanime contre la décision de l’exécutif d’augmenter le prix de l’essence à la pompe a été une preuve tangible de cet engagement aux côtés de la population.
Mise à part, un certain ras-le-bol exprimé au niveau de la population quant aux privilèges dont bénéficient les parlementaires, ce qui n’est autre qu’un défaut de communication, l’accompagnement de la population durant l’émeute et l’institutionnalisation des démarches jusqu’au départ du premier ministre Lafontant est à mettre au bilan des députés de la majorité au pouvoir.

Quoique déjà sur la balle pour l’énoncé de la déclaration de politique générale du Premier Ministre nommé, pour lequel ils sont déjà convoqués, les députés devraient se rendre dans leur circonscription respective pour écouter les populations.

Né des revendications de changement d’après 1986, le nouveau parlement haïtien s’impose en rempart contre les dérives naturelles du pouvoir exécutif et joue tant bien que mal, son rôle de codification et de contrôle de l’action gouvernementale. C’est un acquis démocratique qui ne peut en aucun cas faire les frais des passions et du besoin de renouveau. Les échéances électorales étant l’occasion d’apporter les correctifs nécessaires, c’est à ce niveau que les populations doivent agir en fonction de leurs attentes spécifiques.

Sa place dans le système démocratique s’est illustré, entre autres, dans la conjoncture actuelle par la position du Président de la chambre durant les évènements du 6 et 7 avril 2018 et nul ne sait ce que ces évènements auraient produit sans l’intervention de la chambre des députés, tant par les prises de parole que par l’interpellation du Premier Ministre décrié par la population jusqu’à son départ pur et simple.

Et dans le cas du nouveau gouvernement, les critiques et intimidations ne les ont pas empêchés de scruter les dossiers de chaque ministre nommé pour s’assurer de la conformité de leur nomination par rapport à la constitution. Là encore, le jeu a valu la chandelle.

N’en déplaise aux détracteurs, par ces simples actions, les députés ont rappelé, en dépit de leur appartenance politique, combien ils sont sensibles aux cris des mandants, mais aussi combien ils sont conscients de leur rôle en tant qu’institution devant garantir un certain équilibre des pouvoirs publics.
DI

Leave a Reply

Your email address will not be published.