Une première sortie contre le CEP de Guylande Mesadieu et ses rendez-vous du 7 novembre 2021

L'INIBAZM demande l'annulation du CEP de Guylande Mesadieu, ainsi que les élections pour cette année. Mais ne propose rien en retour.

Une première sortie contre le CEP de Guylande Mesadieu et ses rendez-vous du 7 novembre 2021

Lors d’un sit-in organisé ce jeudi 12 août 2021 devant les locaux de cette institution, une organisation dénommée INIBAZM, Initiative des Organisations de Base et des Militants, sollicite le renvoi du Conseil Électoral Provisoire, dirigé par Guylande Mesadieu, et l’annulation des élections prévues por le 7 novembre. Durant ce mouvement de protestation, les initiateurs en ont profité pour rejeter le projet de “l’accord politique” prôner par le premier ministre Ariel Henry, dans le but d’accoucher un CEP de large consensus.

Moins de 24 heures après que le Conseil Électoral Provisoire ait adressé une correspondance au chef du gouvernement, Ariel Henry, pour la tenue des élections le 7 novembre 2021, divers leaders politiques, ainsi que ceux des organisations socio-politiques ont exprimé leur opposition face à cette décision. Rappelons que ce CEP a été déjà rejeté par certains secteurs de la vie nationale pour absence de légalité et de légitimité.

Le responsable de communication du Réseau des Organisations de la Société Civile (ROC-S), Evenson Jean, l’un des initiateurs de ce mouvement souligne que, la fin de cette crise qui gangrène le pays peut résoudre, par le biais d’un accord politique avec tous les secteurs de la vie nationale, mais pas avec les élections.

Notons que différentes formes de protestations ont entamé visant à recadrer le CEP de Guylande Mesadieu, qui à travers, un communiqué de presse daté, 11 août 2021, demande au premier ministre Ariel Henry de convoquer le peuple en ses comices aux dates fixées par le calendrier électoral remanié pour la réalisation des élections, le 7 novembre prochain.

Mais comment sortir de l’ornière de l’Etat faillit avec la caducité de toutes les institutions jusqu’à la présidence qui a vu son élu assassiné le mois dernier. Toutes ses voix qui s’opposent n’ont toujours pas de solutions proposées, sinon le vide et l’aventure.

Haiti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.