MSF quitte Martissant à cause des affrontements entre gangs armés

L’organisation médicale humanitaire MSF jette l’éponge à Martissant 25 où elle avait un Centre d’urgence. Le MSF contraint de mettre les clés sous la porte à cause des affrontements entre gangs armés dans cette zone.

MSF qui avait suspendu ses activités pour une semaine à Martissant 25 après avoir été attaqué, ferme définitivement son Centre d’urgence dans cette zone. Lequel centre qui avait admis durant l’année 2020, 33 100 personnes aux urgences.

À cause de l’insécurité marquée par l’incapacité des autorités de donner une garantie de sécurité pour son staff et ses patients, MSF abandonne Martissant.

La décision est confirmée dans un communiqué de presse en date du lundi 2 août. L’Organisation humanitaire explique avoir déménagé selon un créneau horaire strict et précis sans avoir eu le temps d’enlever son logo et les autres signes et inscriptions d’identification du centre d’urgence.

Du coup, le MSF craint que ces anciens bâtiments puissent servir à d’autres fins, profitant pour signaler qu’elle “dénie toutes responsabilités de ce qui pourrait se passer.

Déterminé à continuer d’accompagner la population, MSF donne la garantie de poursuivre les discussions afin de pouvoir relocaliser son centre d’urgence dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince.

Parallèlement, MSF tente sensibiliser les acteurs armés en Haïti afin que ces derniers puissent respecter la sécurité du personnel de santé, des patients, du matériel et des structures médicales ; les véhicules et ambulances doivent aussi pouvoir circuler en toute sécurité.

“Les activités de MSF à Martissant ciblaient, rien que dans la proximité immédiate du Centre, une population d’environ 300 000 personnes. Les soins dispensés concernaient la prise en charge des traumas, des urgences médicales, gynéco- obstétricales (jaune, orange et rouge selon le système de triage SATS)”, lit-on dans ce communiqué de presse. MSF ne tue pas l’espoir de revenir à Martissant où le Centre d’urgence constituait la moitié de son histoire dans le pays.

ANTOINE Dieury Ralph

Leave a Reply

Your email address will not be published.