L’école impossible, Antonelly écrit au Ministre Agénor

L’école impossible, Antonelly écrit au Ministre Agénor

Monsieur Pierre Agénor Cadet
Ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle
En ses bureaux.-

Monsieur le Ministre,

L’Organisation Jenès Pozitif Pou Pòtpe vous salue patriotiquement et tient à attirer votre attention sur un nid de la situation d’injustice qui sévit dans le pays et dont l’une de premières caractéristiques est l’école de la misère.

Nous sommes un regroupement de jeunes étudiants et professionnels, originaires de la commune de Port-de-Paix avec pour mission de contribuer au relèvement de la commune en œuvrant dans le social.

Pour la rentrée des classes, l’organisation a tenu plusieurs séances de distributions de kits scolaires dans quelques localités de la commune, dont Marre Grand Bois, Rosette, Savanne Fortuné, Baudin et Myriam.

Ce périple nous a conduit sur des sentiers de misère qui méritent votre attention. L’état lamentable et pitoyable des Ecoles Nationale de Marre Grand Bois et de Rosette à la Baie des Moustiques (8e section communale de Port-de-Paix) sont des odes à l’injustice sociale qui ne peut plus perdurer.

L’Ecole Nationale de Marre Grand Bois, construite en pailles (feuilles de cocotier), est à découvrir, sans bancs pour des enfants qui vont s’asseoir, ce lundi, sur des pierres ou à même le sol. Durant l’année académique 2016-2017, cet espace recevait plus d’une centaine d’enfants et 7 professeurs en situation de bénévolat. Les parents n’arrivant pas à verser la modique somme de 250 gourdes pour l’année académique, ont provoqué l’abandon de six d’entre eux et l’école est réduite à une seule enseignante (Madame Judith Pierre qui est un membre de l’ASEC de la zone). A elle seule, elle est appelée à dispenser tous les cours des six classes que contient «l’établissement ».

Si le dicton dit : “Tant vaut l’école, tant vaut la nation”, plus besoin d’avoir un doctorat pour comprendre ce que vaut la nation haïtienne avec cet environnement et cette négation de structure appelée cyniquement Ecole Nationale.

De l’autre cote de l’enfer, l’Ecole Nationale de Rosette est construite en tôle avec un plancher en terre battue. La situation des parents n’y est pas différente. Ce qui implique qu’ils seront eux-aussi dans l’incapacité de verser les frais justement sollicités.

Devant ce constat révoltant et au nom de la population, l’organisation Jenes Pozititf Pou Potpe vous saurait réellement gré, Monsieur le Ministre

– De prendre toutes les dispositions nécessaires pour ordonner une visite d’évaluation de ces écoles nationales et celles des zones avoisinantes se trouvant quasiment dans la même situation
– De procéder à la nomination de ces professeurs bénévoles qui effectuent des dépenses quotidiennes pour partager le pain indispensable de l’instruction avec ces laissés-pour-compte.
– Cette visite d’évaluation doit être suivie d’actions concrètes. La justice sociale doit passer par là, car durant la même année d’autres enfants d’Haïti ou de Port-de-Paix, auront accès à des écoles de nantis qui leur favorisent dès la base un avenir meilleur par rapport à ces damnés d’une éducation de pacotille.

Espérant que cette démarche aura toute votre attention, l’Organisation Jenes Pozitif Pou Potpe, vous prie, Monsieur le Ministre, de recevoir l’assurance de sa plus haute considération.

Antonelly Tony Claude FRANCOIS
Secrétaire Général

P.J. Photos prise le 23 aout 2018 durant la distribution de matériels (Senafotografi)

Leave a Reply

Your email address will not be published.