Le Premier ministre Ariel Henry devant l’ONU signale que les migrations vont continuer

Suite à la déportation massive des Haïtiens depuis le début de la semaine, soit le dimanche 19 septembre 2021, le Premier ministre Ariel Henry a affirmé dans une vidéo pré-enregistré envoyé à l’ONU, ce samedi 25 septembre 2021, “que les migrations vont continuer”.

«Les migrations vont continuer», a lâché samedi à l’Assemblée générale de l’ONU le Premier ministre haïtien Ariel Henry, en rappelant aux Etats-Unis, à propos du choc des images du refoulement d’immigrants haïtiens à la frontière américano-mexicaine, qu’ils ont été bâtis grâce aux migrants.

«Ces derniers jours, les images du traitement réservé à plusieurs de mes compatriotes à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis ont choqué plus d’un» a-t-il souligné lors de sa prise de parole.

M. Henry affirme que, plusieurs dizaines de milliers de migrants, en majorité des Haïtiens, sont arrivés depuis début septembre à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Le premier ministre Ariel Henry, dit au courant de l’afflux massif et le traitement subi par certains migrants.

Cette situation a valu une avalanche de critiques à l’administration de Joe Biden, jugée inhumaine par la gauche et laxiste par la droite.

Le premier ministre Ariel Henry, a tenu à préciser qu’il ne voulait pas contester le droit d’une nation souveraine de contrôler l’arrivé des étrangers sur son sol, ou de renvoyer dans leur pays d’origine ceux qui y pénètrent illégalement. “Nous croyons que beaucoup de pays aujourd’hui prospères ont été construits par des vagues successives de migrants et de réfugiés”, a laissé entendre M.Henry.

Pour le Premier ministre, le problème des migrants doit nous rappeler que les êtres humains, les pères et les mères de famille, vont toujours fuir la misère et les conflits, et chercher à offrir de meilleures conditions de vie à leur progéniture.

«Il y aura toujours de la migration sur notre planète dans des zones de prospérité» a-t-il souligné, en clarifiant que “la majorité de la population mondiale vit dans la précarité, parfois extrême, sans pensée à une vie meilleure”.

«La solution durable au problème migratoire, c’est d’abord attaquer aux causes profondes des déplacements humains» a fait savoir le premier ministre Ariel Henry, qui demande à la communauté internationale de renforcer en urgence les mesures devant améliorer les conditions de vie des personnes dans les pays pourvoyeurs de réfugiés politiques ou économiques.

Haïti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.