Le Crépuscule Des Dieux Tombés…(1)

LES MONOLOGUES D’UN SOMBRE HÉRÉTIQUE

Par : Nicolas Janvier.

Fardin Dieudonné est parti !

Dieu nous l’avait donné ; Dieu nous l’a repris…

Ainsi va la Vie…

La Grande Faucheuse aura encore agi…

Décimant , cruellement,dans les Rangs de la QUALITÉ …

Il en est de ces bons hommes,(2)comme des bons fruits…
Ils tombent immédiatement que Dâme Nature a décrêté qu’ils sont “mûrs á crever “…(3)

Dieudonné en fait gaillardement exception…
Il est tombé mûr ; mais, l’esprit tout vert…

Les tourments de cet enfer,que,au gré d’un Jean Paul Sartre,nous sommes les uns pour les autres,(4) ayant été laissés déja bien loin derrière lui…

Fardin est mort ! Une Lumière s’est éteinte Et nous en ressentons déja un Vide ; un Grand Trou Noir…

Alphonse de Lamartine,dans son mal de vivre,provoqué par la mort de Julie,s’exclama,une fois : ” Un seul être vous manque et tout est dépeuplé”…

Dieudonné s’en est allé…
Et tout est dépeuplé…

Pour qui n’a pas connu cet Échantillon du Far West,la Région de toutes les aridités,mais,aussi,celle,d’une singulière fertilité dans la production des Hommes d’esprit ; pour qui n’a pas connu ce Géant des Lettres et de cette Presse Haitienne,oeuvrant sur la corde raide,dans cette moitié de la décennie 70,ou,il fallait être plus que brave,pour braver l’Appareil,et faire,comme Fardin,le doigt d’honneur aux Limiers des Duvalier ; cet hommage peut paraitre trop grand…

Tandis que,celui qui l’a bien connu, le trouvera certainement trop petit…

Car,en vérité,cette brêche,ou, sont venus s’engouffrer, tous ceux-lá, accourus au secours de la “victoire du 7 Février 1986 “,c’était,surtout, l’équipe du “Petit Samedi Soir”,de Fontamara,cette fois,(5) les : Pierre Clitandre,Jean Robert Hérard,Dany Laferrière,Yves Germain Joseph,sous l’intrépide houlette d’un Dieudonné Fardin ; c’était bien cette équipe,lá, — ces héros oubliés — qui l’avait ouverte…

Gloire et Honneur !

Et,c’est ce qui causa le plus de douleurs aux gens de bien de ce pays,quand ils vîrent,á la faveur du coup d’état,dit,des petits soldats,ce 17 Septembre 1988 ; une horde de déchouqueurs, – toujours eux – habilement menés par d’anciens pairs de la plume et du micro,clairement identifiés,saccager la demeure de ce chevalier sans peur,pillant ses biens,profanant sa bibliothèque sacrée,souillant ses précieux et inséparables bouquins accumulés durant toute une vie d’érudit…

Honte á Eux !

Ce qui avait soulagé,qui avait,l’on a même envie de dire, réjoui : nul n’entendit ni plaintes ,ni cris,émaner de l’âme endolorie de l’auguste Martyr…

Il s’en alla de la demeure,stoïque ; sans même se retourner…

Tout comme,il vient de le faire á l’instant…

Dieudonné a almé les livres,il s’en était imprégné ; jusqu’á devenir lui-même un livre,une sorte d’encyclopédie,un gros Bouquin,titré : ” FARDIN “…

Que le Dieu Suprême, le Dieu du Ciel, daigne vous accueillir,Dieudonné,dans la Joie Céleste,suivant les mérites du Dieu Tombé que vous avez été sur cette Terre !

Allez,bon ami !
Ceux qui t’aiment,te saluent !

Espérant te rejoindre,á l’heure que la destinée aura décidée ; pour de joyeuses Agapes dans l’éternité…

(1) Dans l’esprit de ce vers forts d’Alphonse de Lamartine : ” Borné dans sa Nature,infini dans ses Voeux,l’Homme est un Dieu tombé,qui se souvient des Cieux “…

(2) Les ” Vir Bonus ” des Latinistes…

(3) Oeuvre d’une Légende Vivante,nommée : Frankétienne…

(4) Fameuse citation du célèbre philosophe, dans son oeuvre théatrale : ” HUIS CLOS “…

(5) Dans la foulée des précédents combattants – dont un certain Jean L. Théagène – qui avaient déja engagé le combat,loin de la Capitale ; l’Hebdomadaire ayant existé depuis les premiers pas de Dieudonné á Port de Paix…

Leave a Reply

Your email address will not be published.