Le président de l’APCH, Mehu Changeux, annonce un arrêt de travail pour le lundi 18 octobre

Le président de l’APCH, Mehu Changeux, annonce un arrêt de travail pour le lundi 18 octobre

Le président de l’Association de Propriétaires et Chauffeurs d’Haïti (APCH), Méhu Changeux, annonce un arrêt de travail sur toute l’étendue du territoire national, à partir de lundi 18 octobre 2021, en signe de protestation contre l’insécurité grandissante dans plusieurs artères du pays, et la rareté des produits pétroliers.

En signe de protestation contre l’insécurité qui s’abat sur le pays, le secteur transport annonce qu’il rentrera en grève, à partir de lundi 18 octobre 2021. Dans une interview accordée à Caraïbes FM, ce vendredi 15 octobre 2021, le coordonnateur de l’Association de Propriétaires et Chauffeurs d’Haïti, annonce un arrêt de travail afin de forcer les autorités à ramener l’ordre dans le pays.

Méhu Changeux a fait savoir que, l’arrêt de travail ne concerne pas seulement, le secteur transport. Toutes les couches sociales sont déjà victimes de l’insécurité. Toutefois, il demande à la population de respecter le mot d’ordre lancé, pour la pleine réussite de cet arrêt de travail.

Il invite les autorités à prendre des mesures appropriées pour freiner la vague d’insécurité en vue d’un retour normal aux activités quotidiennes.

Par ailleurs, il suggère aux forces de l’ordre, qui ont le monopole de la violence légitime, dit il, à faire preuve de responsabilité, en garantissant la libre circulation des citoyens à travers le pays. Il dénonce la connivence des autorités policières avec les gangs armés, et Léon Charles qui n’est pas en mesure de doté le pays d’un plan sécuritaire. “S’ils ne sont pas capables de ramener l’ordre dans le pays, ils doivent partir, pour faire place aux compétences ” a lâché Méhu Changeux.

Selon lui, le phénomène de l’insécurité, provoque la rareté des produits pétroliers, et un disfonctionnement des activités quotidiennes, et la hausse des prix d’autres produits dans les supermarchés.

Il en a profité de l’occasion, pour souligner que, «dans ce contexte si fragile que nous sommes en train de faire face, les prix des produits pétroliers ne peuvent connaître aucune modification à la hausse. Tout ce que nous demandons, c’est la sécurité pour travailler calmement».

Notons que, en signe de protestation contre l’insécurité, la compagnie de transport en commun “Dieu qui décide” a déjà rentré en grève depuis le jeudi 14 octobre 2021.

Haïti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.