Joe Biden accuse Trump d’encourager la haine en Amérique

Joe Biden accuse Trump d’encourager la haine en Amérique

“Il s’agit d’un président qui dit des choses qu’aucun président n’ait pu dire avant lui. Son discours ne fait que diviser le peuple et nourrir la haine” a lancé l’ancien Vice Président Joe Biden au micro d’Anderson Cooper de CNN ce lundi après-midi, la veille de la visite programée du Président sur les lieux du crime à El Paso Texas.

Cette ville frontalière avec le Mexique est dans un deuil profond depuis la fusillade dans un centre commercial bondé qui a fait 22 morts, selon le dernier bilan officiel.

Lundi matin, le service de police d’El Paso a indiqué sur son compte Twitter que deux personnes étaient mortes au cours des dernières heures, portant ainsi le bilan des victimes à 22. Le précédent bilan de cette fusillade faisait état de 20 morts.

Au cours d’une conférence de presse donnée en soirée, le chef du service de police Greg Allen a précisé que la fusillade avait fait 27 blessés. Quinze personnes demeurent hospitalisées, dont deux sont toujours dans un état critique, a-t-il dit.

À ses côtés, le maire d’El Paso, Dee Margo, a indiqué que le président Trump se rendrait dans la ville mercredi, ajoutant qu’il l’accompagnerait et lui parlerait des besoins de sa communauté.

La visite présidentielle s’annonce déjà controversée, alors que plusieurs ont appelé Donald Trump à rester chez lui.

Ce président, qui a contribué à créer la haine qui a rendu possible la tragédie de samedi, ne devrait pas venir à El Paso. Nous n’avons pas besoin de plus de division. Nous devons guérir. Il n’a pas sa place ici, a notamment écrit sur Twitter l’ex-représentant Beto O’Rourke, candidat à l’investiture démocrate.

Je reçois déjà des courriels et des coups de téléphone, a en outre admis le maire Margo.

Sans nommer le président, il a affirmé qu’il corrigerait toutes les faussetés qui seraient dites sur sa ville.

En février dernier, le maire avait rappelé à l’ordre le président Trump, qui avait faussement affirmé que la ville était aux prises avec un taux de criminalité très élevé avant la construction d’un mur.

Le maire Margo a par ailleurs dénoncé un acte de « terrorisme intérieur alimenté par le racisme ». Notre diversité est ce qui nous rend spéciaux, a-t-il déclaré.

Le tireur présumé, Patrick Crusius, est un homme blanc de 21 ans originaire d’Allen, près de Dallas, à neuf heures de voiture du lieu du crime. Il est soupçonné d’avoir rédigé, avant de passer à l’acte, un manifeste dans lequel son auteur dénonçait l’« invasion hispanique du Texas » . La police suspecte un motif raciste et traite l’affaire comme un cas de « terrorisme intérieur ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.