Hommes politiques et professionnels de haut rang apportent leur contribution à l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution.

Hommes politiques et  professionnels de haut rang apportent leur contribution à l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution.

Communiqué #4 du CCI

La CCAH, la FENAMH, l’IDENH, Magistrats, Juristes, Hommes politiques et autres professionnels de haut niveau de la diaspora haïtienne apportent leur contribution à l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution.

Port-au-Prince, le 11 décembre 2020.- Le Comité Consultatif Indépendant (CCI) pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution a encore reçu cette semaine de nombreuses personnalités représentants différents secteurs de la société, parmi les plus prestigieuses. De plus en plus en confiance, les participants aux rencontres continuent d’adresser, dans une ambiance patriotique, leurs points de vue sur cette nouvelle Constitution qui sera soumise au vote référendaire du peuple haïtien.

Le mardi 8 décembre, le CCI a débattu avec le Président de la Conférence des Recteurs et Présidents d’Universités Haïtiennes (CORPUHA), Recteur de l’Université autonome de Port-au-Prince, Président de la Chambre de commerce et d’industrie du Centre (CCIC), Premier Vice-Président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH), le Dr. Jean Robert Charles, le Secrétaire général de la CCIH, Antoinius Cadet, deux membres de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage d’Haïti (CCAH), Me Leres Jean-Baptiste et Monsieur Henriot Termidor. Les discussions de mardi ont porté sur la Constitution de 1987 notamment les articles 133, 134, 136, 137, 155, 156, 159.

Le mercredi 9 décembre a été consacré à la décentralisation, thème qui est débattu avec la Fédération des Maires d’Haïti (FENAMH) présidée par le Maire de Carrefour, Monsieur Jude Édouard Pierre. Le CCI tient à souligner l’importance de cette rencontre avec les principaux acteurs de terrain pour mieux appréhender les problématiques et prendre notes des principales aspirations des collectivités territoriales. Cette délégation en a profité pour aborder aussi la question de la décentralisation du budget national et la nécessité de renforcer les pouvoirs et les capacités des Mairies en matière de sécurité, de fourniture de biens et de services de proximité aussi bien que de développement économique.

Le jeudi 10 décembre a été marqué par une importante rencontre avec des cadres, notamment des magistrats, des juristes, des hommes politiques et autres professionnels de haut niveau de la diaspora haïtienne des Etats-Unis, du Canada et de la France. L’un des intervenants, Claude Alix (États-Unis), a mis l’accent sur les avancés déjà réalisés en ce qui concerne la nationalité. Depuis l’amendement de 2011, la plupart des barrières constitutionnelles à la participation de la diaspora à la vie politique et socioéconomique d’Haïti ont été enlevées. Il reste à résoudre les problèmes liés au renoncement de la nationalité qui est actuellement utilisé de manière abusive pour barrer la route aux Haïtiens, détenant une autre nationalité, et qui souhaite briguer un poste électif ou accéder à un certain nombre de postes listés dans la Constitution de 1987. De son côté, le juriste Renaud Hyppolite (France) a insisté sur les deux enjeux interconnectés de l’intégration de la diaspora dans les affaires d’Haïti : l’enjeu électoral et l’enjeu fiscal. Cette réflexion sera reprise dans la séance du 16 décembre prochain qui sera axée sur le système électoral.

La semaine de travail a été clôturée ce vendredi 11 décembre par une rencontre autour des propositions de réforme constitutionnelle élaborées par l’IDENH (Intégration de la Diaspora pour l’émergence d’une Nouvelle Haïti).

Tel que précisé par le président du CCI, lors de la conférence du lundi 7 décembre, un avant-projet de Constitution sera tiré de ces consultations. Cet avant-projet sera soumis à tous les secteurs de la vie nationale qui auront l’occasion de faire valoir leurs points de vue dans le cadre des assises qui se dérouleront tout au long du mois de janvier 2021. Le Projet de la nouvelle Constitution intègrera les problématiques et les différentes prises de position ainsi exprimées. L’enjeu est d’arriver à un document final consensuel, à même de bénéficier du vote favorable de la population et offrir au pays ce nouveau départ tant souhaité par tous les secteurs de la société.

FIN

Leave a Reply

Your email address will not be published.