Haiti-Music: Plus de 9k pour le Facebook Live de Shabba ce matin à Chokarella

Haiti-Music: Plus de 9k pour le Facebook Live de Shabba ce matin à Chokarella

Hervé Anténor dit Shabba, le chouchou des fans de tous les Djakout vit le moment le plus dur de sa vie depuis 26 ans: Etre dans un autre groupe qui n’est pas Djakout. Quant il y était arrivé, après un passage au projet Zoro, le gamin toujours agité, natif de Plaine du Nord n’avait que 19 ans.

Arrivé comme tambourineur, grâce à son talent et sa détermination à toujours faire mieux, il est devenu plus tard la pièce maitresse du groupe, notamment durant les périodes carnavalesques et les prestations live. Jamais un tambourineur n’a été aussi visible sur un stage. Il est, en sa façon, dans la lignée de ses coqs de race des grands moments de la musique haïtienne: Ti Roro, Azor, Armando, Herman Nau et plus près de nous Ritchie.

Les années ne sont plus à compter pour ce sympathique petit bonhomme, né, comme il l’a répété ce matin, avec tous ses diplômes. Le talent de musicien et d’animateur sont des dons divins et personne ne peut empêcher à ces bienheureux de briller.

Le divorce est consommé et Shabba était au bord des larmes. Mais l’interview de Carel Pedre de ce matin a laissé entrevoir une certaine discrimination qui a toujours existé au sein du groupe. Il semble être plus facile de sanctionner Shabba et fermer les yeux sur la dérive de certains ayant droit.

Et pour comble, les fans qui le jugeaient au début se sont arrangés à ses cotés dans les commentaires quand il a confié que le désir de certains membres du groupe à le minimiser était devenu presqu’une obsession. Il est en fait ce créateur derrière les plus grands succès du groupe. Le Carnaval et les albums inclus. En guise d’appréciation, il est traité en parent pauvre, quitte à ignorer l’importance de son apport. Un jour l’un des managers du groupe lui aurait déclaré que le carnaval n’a rien apporté à Djakout.

Suite à des démêlées intermittentes avec les autres membres du groupe, le tambourineur et animateur hors pair de la scène Konpa a finalement jeté l’éponge pour former un nouveau groupe: Ekip. Il a pour complices Ti Reggie et Steeve Khé, deux autres mal aimés de Djakout Mizik, qui devrait devenir plus tard Djakout #1.

C’est un Shabba rempli d’émotions et d’amertumes qui répondait à Carel (ce dernier n’en demandait pas plus après deux semaines d’absence en studio). Shabba avoue qu’il a toujours su qui il était mais avait tout gavé par amour pour Djakout qu’il dit aimer comme on aime une femme. Mais aujourd’hui c’est le ras-le-bol d’une relation impossible. C’est fini.

La goutte d’eau: Un malentendu dans une entrevue avec Guy Wewe en compagnie de Polo, un autre chanteur du groupe lors de la 4e édition de Ayiti Mizik Festival. Trois autres membres siamois du groupe lui on signifié une note de suspension indéterminée et ont publié la note sur les réseaux sociaux. De l’humiliation tout simplement. La dose trop dure à avaler pour quelqu’un qui se considère copropriétaire du groupe et qui ne vit que de la musique.

La composition carnavalesque de Ekip pour l’année est naturellement le remix d’une pièce que Shabba avait préparé pour Djakout. C’est actuellement la plus populaire sur les ondes.

Djakout peut aller jusqu’à exhumer les morts du carnaval, on ne voit pas comment ils vont pouvoir tenir tête au champs de Mars avec Pouchon et Polo. Le parcours est déjà en phase de colonisation par une montée de la tendance hip hop /world beat depuis un certains temps.

A Ticket Magazine, Rolls Lainé (Roro Djakout), l’un des piliers du groupe se perd dans des métaphores consolateurs:  « J’avais prié pour que Cristiano Ronaldo ne quitte pas le Real Madrid. L’équipe a souffert du départ du sportif mais a repris du poil de la bête après. On travaille actuellement sur notre méringue carnavalesque. La nature a horreur du vide ».

Sauf que ce vide a du corps et de la rage et sera au Champs-de-Mars aussi. Vive la musique!

Prad

Leave a Reply

Your email address will not be published.