Haiti-Nouvelle Constitution: Les organisations de femmes rejoignent le projet

Haiti-Nouvelle Constitution: Les organisations de femmes rejoignent le projet

Dans une salle comblée, au Ritz Kinam, ce vendredi 27 février, les organisations de femmes ont eu des assises historiques, qui leur offrent, pour la première fois, l’opportunité d’assurer dans une constitution, leur aspirations et les acquis déjà obtenus par des années de luttes et de résistance contre les préjugés de genres. Elle n’en ont pas manqué d’étaler leur revendications trop longtemps prises à la légère et s’allient au projet pour s’assurer que la nouvelle constitution annihile, une fois pour toutes, les discriminations dont elles sont victimes depuis toujours.

Ces femmes venues de divers horizons avaient déjà pris connaissance de l’avant-projet qui leur a été soumis et les avancées effectuées afin de répondre à leur desiderata. Cette nouvelle constitution condamne avec précisions, les inégalités,  les violences intra familiales et toutes autres formes de violences faites aux femmes et aux filles. Toutefois, les organisations de femmes ont profité des débats pour souligner la nécessité pour les membres du CCI d’y insérer clairement des mécanismes qui leur permettront de participer, à chances égales, aux cotés des hommes, dans les élections ainsi que dans les postes de décisions au niveau de l’Etat et des gouvernements. Le CCI a pris note des revendications et d’un cahier de charges qui seront reflétés dans le texte final.

Ce projet de nouvelle constitution initié par le président Jovenel Moise a reçu au début des critiques de l’opposition radicale et un accueil mitigé auprès de l’aile modérée. Mais au fur à mesure que le projet avance, certaines organisations et des personnalités jusque-là réticentes commencent à comprendre l’importance historique de cette opportunité et continuent de rejoindre les efforts en cours pour influencer le texte final et offrir une meilleure constitution à Haiti.

En effet, pour répondre aux exigences de la conjoncture, le président du CCI, I’ancien président Boniface Alexandre, avait misé, dès le début, sur l’approche inclusive avec la participation d’un maximum de personnalités, d’experts et d’organisations dans l’élaboration du projet et à toutes les étapes devant aboutir au référendum. 

Ce faisant, la société civile continue de s’approprier du projet qui permettra de déboucher sur une Haiti politiquement stable et empreinte de justice sociale. Ce mardi, l’Office du Protecteur du Citoyen (OPC) a lancé deux journées d’assises autour du projet en cours. 

Lentement, mais surement, le projet avance et le dernier mot reviendra à la population haïtienne de sanctionner par un oui ou un non, cette louable décision de redresser la barque nationale. Cet effort a déjà reçu l’appui de la communauté internationale, des recteurs des universités du pays, des organisations de défense des droits de l’homme, des organisations paysannes, de la diaspora, des ordres de professionnels, de l’association des maires, de la fédération des chambres de commerce d’Haiti, pour ne citer que ceux là.

Robinson D. François/ HH

Leave a Reply

Your email address will not be published.