Haiti-Politique: Gary Bodeau suggère la rédaction d’une nouvelle constitution

Haiti-Politique: Gary Bodeau suggère la rédaction d’une nouvelle constitution

Ce lundi 13 janvier marque un tournant important dans la politique en Haiti avec l’annonce du Président de la République, Jovenel Moise, qui dit constater la fin de la législature en cours et, du coup, la caducité du parlement avec le départ des deux tiers des Sénateurs et la totalité des Députés.

Un départ qui se fait par la petite porte pour les législateurs haïtiens, totalement décriés, puisqu’aucune réception, aucune séance solennelle n’est prévue pour ce lundi.

Dans l’un de ses messages sur twitter, le chef de l’Etat invite la nation à profiter de ce vide indispensable à un nouveau départ du pays : Ce vide institutionnel est une occasion historique pour les acteurs de se mettre ensemble en vue d’engager les reformes qui doivent aboutir à la transformation de cet Etat prédateur en un Etat serviteur qui mettra un terme à cette crise permanente qui hypothèque l’avenir du pays.

La première réaction est celle du président de la chambre des députés dont les mandats sont arrivés à terme ce lundi qui suggère sans détour la rédaction d’une nouvelle constitution afin de permettre que la politique soit faite autrement et que le pays soit mieux gouverné:

Je prends acte de la décision… de constater la caducité du parlement. En conséquence, j’invite les haïtiens-nes à se mettre ensemble pour rédiger Une nouvelle CONSTITUTION inclusive qui permettra de redéfinir les règles du jeu et de gouverner autrement.

Adoptée sous émotion et la haine de la présidence par l’opposition politique d’après 1986, la Constitution de 1987 contribue grandement à la situation d’instabilité qui règne au pays depuis sa ratification par référendum en mars 1987. Elle s’est dotée de clés efficaces empêchant son amendement en profondeur et le fait que cette prérogative passe aussi par l’assemblée des parlementaires et les conflits d’intérêt politique la rendait encore plus fermée.

Passer de l’Etat prédateur à un Etat serviteur

L’idée d’une nouvelle constitution pour Haiti a toujours fait l’unanimité, mais s’est toujours révélée impossible à mettre en oeuvre avec un parlement fonctionnel, dont la responsabilité partagée est de faire respecter la constitution en vigueur. Certains conseillers du président de la République ont laissé fuiter, à maintes reprises, l’intention du président Jovenel d’assurer à ce rendez-vous historique. Son leitmotiv est de créer un état serviteur en réponse aux injustices sociales qui marque le pays depuis l’indépendance en 1804 et l’assassinat du premier chef de l’Etat en 1806.

Mais le pays est actuellement polarisé avec une opposition de plus en plus intransigeante quant à l’idée de dialoguer avec le pouvoir en place. La capacité à convoquer les forces en présence autour d’une table est à l’épreuve depuis deux ans. La constitution étant l’affaire de tous, comment ramener cette opposition politique et certains directeurs d’opinion influents à l’idée de s’asseoir pour doter Haiti de cette nouvelle constitution?

HI/HH

Leave a Reply

Your email address will not be published.