Haiti-Police: Un manifeste juste, des moyens de lutte inacceptables

Le policier qui gagnait dix-huit mille gourdes en 2010 continue de gagner le même salaire, pour le même travail et à comparer les taux de change de la gourde par rapport à la monnaie de référence, également en circulation, son salaire est passé de US$ 450 à US$ 170 en dix ans.

Haiti-Police: Un manifeste juste, des moyens de lutte inacceptables

Il y a d’abord un problème de leadership, car tous les discours de Yanick Joseph, la coordonatrice du mouvement étaient axés sur des erreurs de jugement qu’on pouvait assimiler, dès le début, à la sédition au sein de la PNH. Menaces de changer de phase, manifestation armée, tirs nourris sur le dernier rempart de l’institution qui est l’inspection générale, etc. C’était déjà trop. Le leadership devrait s’asseoir pour les écouter et comprendre.

On avait pas besoin de ce pourrissement déprimant de la situation qui aurait pu couter des vies ce 17 février à Pétion-Ville et qui au final a souillé l’image de la PNH pour montrer un certain leadership et prendre en compte les revendications, même si l’acceptation d’un syndicat reste hors de question.

Toutefois, Yanick et ses plus proches collaborateurs renvoyés ne signifient pas que la situation est réglée. Au contraire, ce n’est point une question de Yanick Joseph, c’est plutot un corps qui après 25 ans s’est transformé en une élite de gradés d’une part et une base frustrée d’autre part. Ce n’est pas la première fois que les agents de la PNH cherchent à se regrouper pour défendre non seulement leurs intérêts, mais aussi ceux de l’institution.

Cependant, l’Etat haitien a cette manie qui tient de la roublardise à l’instar des cadres de la finance du pays. Car, comment comprendre que dans un système à deux monnaies et une fluctuation constante de la monnaie officielle qu’il n’y ait pas d’ajustements de salaire? Ce faisant explique à lui seul une partie de la situation de misère actuelle et la colère des policiers.

Le policier qui gagnait dix-huit mille gourdes en 2010 continue de gagner le même salaire, pour le même travail et à comparer les taux de change de la gourde par rapport à la monnaie de référence, également en circulation, son salaire est passé de US$ 450 à US$ 170 environ en dix ans. Cette situation est valable pour tous les agents de la fonction publique.

D’autres sanctionnés vont peut être partir de la PNH à cause de ce comportement irresponsable devant les locaux de l’IG, de la DG et au Champs-de-Mars. Mais on ne pourra pas révoquer les souffrances des époux/épouses de policier, ni faire arrêter ces revendications partagées par tout le corps et qui se trouvent dans le manifeste du projet mort-né de syndicat. Il faut dialoguer. Et vite!

Haiti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.