Haiti-Police: La présidence prône une prise en compte des revendications

Haiti-Police: La présidence prône une prise en compte des revendications

Le chef de l’Etat Jovenel Moise instruit les autorités policières de mettre en place, en urgence, une cellule de crise devant prendre note et analyser les revendications des policiers. Un rapport et des recommandation sera soumis au Chef de l’Etat dans 48 heures. Toutefois, il s’agit encore d’une commission de haut-gradés et d’un représentant du Ministère de la justice.

La plupart des éditorialistes ont conclu depuis la semaine dernière que la réalité de la situation semble échapper aux cadres de l’institution. Espérons qu’ils sachent écouter et trouver une parcelle de discussion avec la base.

Parmi les mesures accompagnateurs devant aboutir à une prise en charge d’une partie de leurs revendications, le président Moise annonce la mise en oeuvre d’un programme baptisé ONA-Polis au niveau de l’ONA.

La situation a tourné au vinaigre depuis lundi avec une manifestation qui s’est soldée par un concert de cartouches devant les locaux de la DG et la mise à feu du stand de la Présidence au Champs de Mars. Les policiers exigent la reconnaissance d’un syndicat (le SPNH) au sein de l’institution.

Le CSPN, par la voix de Jean-Michel Lapin, avait réagit à la va vite en renvoyant, entre autres, la coordonnatrice du mouvement, l’Agent 2, Yanick Joseph pour sédition et atteinte à l’honneur de la PNH. Ce qui a mis Port-au-Prince dans la torpeur ce mercredi 19 février 2020.

La réponse des policiers étaient plutôt surprenante par la panique généralisée qu’ils ont créé dans certaines artères de la capitale, hier, au lendemain de la révocation des quatre principaux leaders du mouvement

Une situation qui traduit, non seulement une carence de leadership au niveau du CSPN, mais aussi la fragilité de l’Etat et ses institutions qui peinent à se lever à la dimension de leur mission.

Haiti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.