Haiti-Pétrole: APP et ANADIP en passe de créer un dangereux concurrent

Haiti-Pétrole: APP et ANADIP en passe de créer un dangereux concurrent

La stratégie des distributeurs d’inventer la rareté des produits pétroliers dans les pompes pour les filer ensuite sur le marché noir n’est un secret pour personne. Déjà dénoncé dans un discours du président Jovenel Moise comme un moyen pour mettre la population en face du gouvernement, la stratégie s’est révélée beaucoup plus financière que politique.

Depuis un certain temps, le prix du gallon, qui devait se vendre à 240 gourdes environs, passent carrément à chaque arrivage de 600 jusqu’à 1000 gourdes le gallon avec le spectacle des gallons et tout le tohubohu qui l’accompagne aux abords des pompes fermés au véhicules, mais clairement ouverts au nouveaux revendeurs associés à la pompe. Les distributeurs les vendent probablement au double ou au triple en catimini avec des stratagèmes qui déroutent et des fois en présence de tout le monde.

En conséquence, le citoyen ordinaire touche à la manne et en prend réellement goût. Déjà, grace aux parlementaires, les fils de modestes paysans multiplient les pompes par quatre au pays. Donc le citoyen ordinaire, transformé depuis en vendeurs de gazoline peut lui aussi se faire une petite économie dans la vente régulière de cette planche à billet qui était traitée comme un produit stratégique controlé par l’association nationale des distributeurs dans la plus grande confidentialité et des mythes inventés au besoin.

La gloutonnerie qui pousse à la création sporadique de ce marché noir a révélé au simple citoyen les secrets et combines du marché pétrolier, ainsi que l’argent facile qui se fait, et il sera désormais impossible de les demander de rentrer au chômage ou d’aller trouver autre chose à faire.

Les pompistes frustrés et le président Jovenel aidant, le citoyen sait désormais que c’est l’Etat qui fait la commande des produits pétroliers à ses propres frais pour les vendre à crédit au principaux grands distributeurs pour trente jours et ces derniers les vendent à leur tour aux propriétaires des pompes pour environs quinze jours et on empoche chacun ses bénéfices. Un vrai marché d’initiés, une mafia dirait la rue.

Aujourd’hui avec la création de ce nouvel acteur (les vendeurs en gallons) dans une conjoncture où les monopoles sont sous révision, il suffit d’allumer un tison de syndicat de ces nouveaux vendeurs pour remettre en question le monopole des distributeurs établis et exiger pour eux aussi, de l’Etat, leur quota de pétrole à revendre en gallons. Pourquoi pas dirait tout populiste, car l’argument de sécurité pour empêcher la vente en détail à même la rue ne tient plus. Et à jauger à quel point ils ont la confiance des membres de l’APP/ANADIP et autres opérateurs de ce réseau de marché noir, ils semblent être de biens meilleurs payeurs.

Haiti Hebdo

Leave a Reply

Your email address will not be published.