Haiti-Petrocaribe: Nouvel éclaircissement de Lamothe sur la question des stades

Haiti-Petrocaribe: Nouvel éclaircissement de Lamothe sur la question des stades

Dans une entrevue exclusive accordée à l’agence en ligne, Haiti24, à l’issue de son audition au cabinet d’instruction, l’ancien premier ministre Laurent Lamothe a, d’abord fait une proposition qui change tout dans la perception pour ce qui est des fonds Petrocaribe pour ensuite apporter des éclaircissements sur la question des stades construits sous son gouvernement.

Pour ce qui est de l’identification des responsables de fonds évaporés dans le cadre de ce programme, Laurent Lamothe propose, en lieu et place de la diffamation sur les réseaux sociaux, une enquête de traçabilité des fonds qui débouchera, sans difficultés, sur les coupables. En Haïti, les revendications n’étant pas toujours sincères, on ne sait pas si on cherche vraiment à faire la lumière sur les fonds ou si on cherche à écarter certaines figures de la scène politique dans une perspective de prise du pouvoir.

Pour ce qui est des stades, Laurent Lamothe a laissé ressortir une stratégie de ses détracteurs qui joueraient sur la sémantique en utilisant, sans arrêt, le mot stade en comparaison à des stades de football standards, au lieu de les voir dans leur connotation originelle de centre sportif ou de terrain de football.  

Il a fait un étalage des faits précisant que les contrats qui ont été signés entre l’État haïtien et la firme SECOSA pour la construction d’au moins 25 infrastructures sportives, ou stades, dans plusieurs localités du pays n’ont pas été octroyés,

Tous ces contrats précisent Laurent Lamothe ont été paraphés sous l’administration Préval-Bellerive pour un montant ne dépassant pas 20 millions de dollars. Il a cité, entre autres, celui de Gressier, de Verettes, de Thomonde, de Jérémie et de Saint-Marc. Mais dénonce-t-il, une machine de manipulation de l’opinion publique a été mise en place, notamment à travers les réseaux sociaux et cette machine est parvenue à faire croire le contraire et induire la population en erreur.

Non seulement qu’il est évident que ces centres sportifs construits sous son administration sont bien réels et accueillent encore des championnats de vacances et des activités juvéniles, il confirme le fait que le choix des compagnies et les contrats de construction ont été passés sous l’administration de René Préval. Ce qui démontre la méchanceté des politiciens quand il s’agit de barrer la route au progrès.

L’ancien Premier Ministre souligne dans cette même interview combine il est facile pour les détracteurs de performer “leur jeu malsain, de désinformation, en raison de l’absence totale de communication de l’actuelle administration”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.