Haiti-Numérique: le cyber-activiste Cheikh Fall dans nos murs

Haiti-Numérique: le cyber-activiste Cheikh Fall dans nos murs

Développeur Web de formation, Cheikh Fall compte parmi les blogueurs les plus influents du continent africain. Créateur en 2010 de la première plateforme web citoyenne sénégalaise ruepublique.net, il a lancé l’année suivante le projet sunu2012 pour permettre aux citoyens de mieux contrôler la démocratie dans leur pays. Il est l’initiateur et le président de la Ligue africaine des blogueurs et web activistes africains, africtivistes.org, dont l’objectif est de favoriser la transparence de l’action publique, l’engagement des citoyens et la démocratie participative en Afrique de l’Ouest.

Durant son séjour en Haïti, Cheikh Fall rencontrera de jeunes blogueurs et web-activistes du pays, notamment les membres du Réseau des blogueurs en Haïti (RBH), afin d’échanger avec eux sur le renforcement de l’inclusion démocratique grâce aux TIC, les conseiller sur le développement de démarches citoyennes innovantes et renforcer le dialogue numérique francophone entre Haïti et l’Afrique. Cheikh Fall animera également un atelier sur la cyber-sécurité à l’Université Quisqueya le jeudi 26 avril puis donnera deux conférences : l’une à l’IFH le vendredi 27 avril ; l’autre à l’Alliance française du Cap haïtien le samedi 28 avril.

L’Observatoire du Numérique en Haïti a, dans un communiqué, salué la visite, en Haïti, du célèbre blogueur, cyber-activiste et journaliste, dans l’objectif, notamment, d’accompagner les acteurs du numérique et promouvoir le développement de la « civic tech » et l’inclusion démocratique.

Ce séjour qui inclura entre autres un atelier sur les cybersécurité et des rencontres avec des jeunes utilisateurs engagés du numérique en Haïti, est une occasion de promouvoir le dialogue numérique francophone entre Haïti et l’Afrique.

L’Observatoire veut aussi applaudir cette démarche de l’Ambassade et de l’Institut Français en Haïti et encourage ces institutions, au nom d’une responsabilité partagée, à continuer leur travail d’encadrement auprès de la société d’information en général, et dans le domaine du numérique en particulier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.