Haiti-Energie: Gestion de l’impossible

Haiti-Energie: Gestion de l’impossible

Le Directeur Général de l’Electricité d’Haiti, Hervé Pierre-Louis, vient d’annoncer une réforme dans le secteur de l’énergie en Haiti. L’Ed’H ne sera plus un détenteur de monopole mais un opérateur comme tant d’autres. C’est ce qu’à annoncé le nouvelliste de ce mercredi, suite à une entrevue accordée, par l’intéressé, à une station de radio du groupe Le Nouvelliste.  Monsieur Pierre-Louis compte ainsi annoncer la solution à un problème.

Il projette de réaliser une réduction allant de 50 à 120% de ce qu’ils dépensent actuellement dans la production en optant cette fois pour le gaz naturel. Cette réforme, en profondeur de l’Ed’H sera menée par l’Autorité nationale de régulation du secteur de l’énergie (ANARSE).

Cependant, il ne s’agit de rien de nouveau en termes d’annonce. L’ANARSE avait déjà fait part de tout cela dans différents colloques et points de presse depuis son lancement. La seule nouvelle serait la réduction irréalisable des investissements à 120% par le seul fait de changer de carburant. “Crée par le décret du 3 février 2016 et placée sous la tutelle du Ministère des Travaux Publics, Transport et Communications (MTPTC), l’Autorité Nationale de Régulation du Secteur de l’Energie (ANARSE) assure la promotion et le développement du secteur énergétique par la régulation des activités de production, d’exploitation, de transport, de distribution et de commercialisation de l’électricité sur toute l’étendue du territoire national.” Du bouillon réchauffé.

Un prêt en cours de 150 millions de dollars de Taiwan permettra d’améliorer le réseau de distribution à confirmer le Directeur Général qui souligne qu’ils n’ont pas la capacité de fournir l’électricité 24/24 comme le souhaite le chef de l’Etat, mais garantit qu’on va dans cette direction.

Il y a toutefois des chiffres qui parlent contre ces promesses de l’Ed’H: le Directeur a confirmé que la compagnie recouvre environs 300 000 abonnés dans la zone métropolitaine. Le taux de facturation estimé entre 50 à 60%, moins de 200 000 abonnés paieraient la consommation du courant. A noter qu’il s’agit d’une fourmilière de plus de 4 millions de résidents qui consomment tous de l’énergie électrique. Il ne s’agit plus d’un déficit à ce niveau-là. C’est la gestion de l’impossible. Ces sorties ne font que créer de nouvelles attentes impossibles à combler.

Linda Jean-Louis

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.