Gary Bodeau: le Parlement risque de connaitre le sort des FAD’H

Gary Bodeau: le Parlement risque de connaitre le sort des FAD’H

Le Président de la Chambre des Députés, Gary Bodeau avertit le président du Sénat, Carl Murat Cantave, que son absence de leadership et de sérieux risque de conduire le Parlement à une fin similaire à celle des Forces Armées d’Haïti (FAD’H).

Ce risque, selon le député de Delmas, vient du fait que le Sénat fonctionne depuis un certain temps comme une bande de sudistes où ceux qui ont le monopole de la violence font la loi sous les yeux hagards et impuissants du président Cantave qui y joue aussi sa courte carrière politique. Il aurait été soutenu par des notables et une frange de la jeunesse artibonitienne afin de faire le contrepoids au pouvoir quasi hégémonique du sénateur Latortue dans le département. Elu sous la bannière du KID, son revirement, sans explications, vers l’AAA de son rival aux élections, a constitué une première déception. Son mandat prend fin en janvier 2020.

Le Sénat n’a toujours pas pu organiser une séance pour voter un premier ministre à cause de la stratégie anti démocratique de la minorité d’opposition qui empêche la tenue de toute séance devant aboutir à un vote quelconque. Ce qui fait du Sénat un élément de blocage à la démocratie et à l’effort des acteurs pour sortir le pays du marasme économique et social où il se trouve en ce moment.

La population se montre de plus en plus antipathique par rapport aux pères conscrits qui se révèlent indignes par leur insouciance et leur comportement. Il suffit d’être en minorité et utiliser des méthodes de la rue dans l’enceinte même du parlement pour empêcher toute séance pouvant aboutir à un vote qu’on ne saurait gagner. Aucune société ne peut se complaire à nourrir les membres d’une institution avec cette image. 

Cette attitude est la négation de la démocratie. En cette fin de législature, d’aucuns commencent à se questionner sur l’importance du Sénat et c’est dommage. D’autant plus qu’un mois ne s’écoule sans un scandale de bas étage impliquant un sénateur, sans compter la perception du marchandage des votes où tous les grands dossiers sont monnayés.

L’allusion faite par le député Gary Bodeau est un rappel de l’attitude anti démocratique des FAD’H, instruites à l’école du Jean-Claudisme et empreintes des théories de “sécurité nationale”, qui se sont mises à étouffer dans la violence tout effort d’émancipation du peuple jusqu’à l’invasion américaine de 1995 qui a provoqué leur disparition.

Le Sénat haïtien est devenu depuis quelque temps une scène de spectacles de tout ce qu’il y a de plus vile dans une démocratie. Entre temps, le président Carl Murat Cantave se montre de plus en plus faible et incapable de redresser la barque. Le premier ministre Fritz William Michel est attendu au Sénat pour la dernière étape de sa ratification et les sénateurs de l’opposition se sont déjà concertés avec d’autres membres de l’opposition radicale pour annoncer les couleurs.

Charlot François/HH

Leave a Reply

Your email address will not be published.