Assassinat de Jovenel Moise: L’Homme Et Le Président

LES MONOLOGUES D’UN SOMBRE HÉRÉTIQUE.

Par : Nicolas Janvier

Pas question de le nier ! J’ai admiré Jovenel… Je l’ai presqu’aimé…

Je gage que s’il m’avait connu (1), il m’aurait lui aussi presqu’aimé…

L’amour ,entier ou á moitié,étant également contagieux…

J’ai beaucoup admiré :

D’abord l’Homme…
Ensuite le Président…

Certains,je le sais,seraient ravis pouvoir mettre en cause l’état de ma colonne vertébrale, explorer le pourquoi de ma vile capacité á flatter… Et autres petites infirmités …

Ils auraient tapageusement radiographié ma personnalité,pour lire ce qui marche mal dans mon coeur et mon esprit…

Et,aussi,pour évaluer mon niveau de servilité…

Jovenel,c’est dommage pour eux,est mort,de sa laide mort… Rendu,ainsi, impuissant á me combler de ces faveurs que j’eusse pu convoiter…

Et voilá,ruinées toutes provisions pour m’accabler…

Je disais,pour reprendre le fil de ma pensée,que j’ai beaucoup admiré Jovenel…

Non point le politicien,que,comme : l’avocat,le médecin et autres ouvriers de l’esprit, on

peut en trouver á chaque carrefour ; mais,de préférence,le vir bonus,l’homme,le vrai,beaucoup plus rare,celui-lá ; cet homme,qu’un certain Diogène a vainement cherché,sa lampe allumée en plein jour…

Le coté le plus plaisant du personnage ,c’était son coté paysan,ce charmant penchant qui le fit choisir de vivre sur le meilleur Versant de Pélerin,un coin de chaleureuse cohabitation urbaine-rurale ; avec ses poules,ses lapins,ses cochons et,planté dans le vert environnement,sa baroque demeure au dos de laquelle cliquetait un menu cour d’eau que ses contempteurs dénommaient,malicieusement : ” La Ravine “…

J’ai surtout,chez lui,adoré cette touchante naiveté qui lui faisait,ingénu,penser qu’il était un frondeur né ; un petit David,capable d’abattre n’importe quel Goliath…

Cette innocente utopie dont on dit qu’elle l’a perdu…

Jovenel s’en est allé !
Tout est consommé…
Sa femme s’en retrouvant veuve…
Ses enfants orphelins…

Son chien aveugle,aussi…

Ce bon chien qui se meurt de chagrin,et que,si tout se passe comme ils disent,la seule faveur que je demanderai á Dyo Lambert,sera de l’adopter avec lui au Palais…

Ce qui ne nous y changera vraiment en rien ; ces lieux hérités des Duvalier, y ayant,depuis,vu passer : des meutes de carnassiers…

” L’Animal Politique “aura ainsi sauvé cet autre petit animal,dont l’émouvante détresse découle de l’action des politiciens assassins…

Lui,il faut bien le dire,sans étre,précisément,le choix idéal ; ne présentant,du moins,pas un profil d’assassin…

Encore moins,d’assassin de Président…

Car,ce qu’il y aurait de plus détestable,dans ces incontournables concessions á faire pour se rapprocher,tant soit peu,de l’ordre républicain ; serait d’arriver á des options qui pourraient paraitre autant de primes accordées aux criminels assassins du Président Jovenel…

Le préalable des Respectueuses Funérailles á donner á l’héros tombé,n’étant,bien sûr,pas négociable ; ce,pour éviter que des Scélérats et autres Judas,devenus,entre temps,Grands Commis de l’État,n’y viennent pérorer,verser des larmes de crocodiles,chanter les louanges,hypocrites,de leur Illustre Ennemi…
Bref : Souiller sa Mémoire…

Je ne suis point confortable,encore moins, enthousiaste dans cette chronique d’un mariage de déraison annoncé…

Mais,s’agissant de Tidyo, je ne voterais pas avec mes pieds…

Même si l’on peut craindre que,sous l’action conjuguée d’un récent passé et de certaines sulfureuses amitiés ; l’ Homme et le Président ne concordent pas,cette fois, avec autant de bonheur…

Mais,Attendons Voir…

(1) Je n’ai pas,une seule fois,rencontré le Président Jovenel, je ne lui ai,non plus,jamais parlé…
Lui et moi,chacun de son coté,s’étant contenté d’aimer le pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published.