Le Réseau Sud’est a démenti le désaccord de la ligue Haïtienne des Droits Humains avec le CEP de Mme Mesadieu

Le Réseau Sud’Est par la voix de son coordonnateur Fredly Andwens SAINTURNE a apporté un démenti formel à la Ligue haïtienne des droits humains qui faisait croire que la présidente du CEP ne bénéficie plus  l’appui du secteur des droits humains.

L’incohérence  au bordage du secteur des droits humains qui a mandaté Guylande Mesadieu, présidente du CEP. Le président de la Ligue Haïtienne des droits humains a estimé le fait de supporter ce Conseil Électoral relève d’un acte empêtré. Le Réseau Sud’Est a apporté un démenti formel au président de la Ligue qui avait rendu public que Mme Mésadieu ne bénéficiait plus du soutien des trois regroupements.

« Le président de la Ligue Haïtienne des Droits Humains Jean Noël Barthélemy a décidé sans notre consentement. Il n’a pas le droit de se positionner sans tenir compte de la position des autres groupements qui ont fait le choix de Guylande Mesadieu », a critiqué Fredly Andwens Sainturne, coordonnateur du Réseau Sud’Est. Il en a profité pour désapprouver le titulaire de  la Ligue dans son discours destructeur, dit-il, règle une affaire personnelle avec la présidente Mesadieu.


Concernant le dossier du protocole d’accord que Me Barthélemy a appuyé comme preuve, le coordonnateur Sainturne affirme qu’il accorde la moindre importance à un document écrit,  unilatéralement par le président de la Ligue Haïtienne des Droits Humains qu’il veut imposer à la présidente du CEP Guylande Mesadieu.

Fredly Andwens Sainturne du Réseau Sud’Est dit ignorer encore tout désaccord avec la titulaire de « Zanmi Timoun ». Au contraire, précise-t-il, les deux autres regroupements ne critiquent rien à la présidente du CEP, Guylande Mesadieu.

Dieury Ralph ANTOINE

Leave a Reply

Your email address will not be published.